ANNEXE 2 – ARTICLE 34 DE LA LOI DU 28 MAI 1996

Annexe 2

Article 34 de la loi – 96452 – du 28 mai 1996

Le personnel de la Caisse des dépôts et consignations comprend des agents régis par le statut général de la fonction publique de l’Etat et des agents contractuels de droit public.

La Caisse des dépôts et consignations est en outre autorisée à employer, sous le régime des conventions collectives, des agents contractuels lorsqu’ils ont été recrutés avant la date de promulgation de la présente loi par le Groupement d’intérêt économique Bureau des techniques d’actuariat et de management (G.I.E. B.E.T.A.M.) et affectés avant cette date dans ses services. Elle est également autorisée à recruter dans les mêmes conditions des agents contractuels lorsque les exigences particulières de l’organisation de certains services ou la spécificité de certaines fonctions le justifient.

L’emploi des agents mentionnés à l’alinéa précédent n’a pas pour effet de rendre applicables à la Caisse des dépôts et consignations les dispositions du code du travail relatives aux comités d’entreprise.

Un décret en Conseil d’Etat détermine, en tant que de besoin, les modalités d’application du présent article et en particulier les catégories d’emplois susceptibles d’être occupés par les agents mentionnés à la deuxième phrase du deuxième alinéa du présent article. Il détermine également les instances de concertation propres à la Caisse des dépôts et consignations et précise les modalités selon lesquelles ses agents y sont représentés.

La Caisse des dépôts et consignations représentée par son directeur général est par ailleurs habilitée à conclure des accords collectifs avec les organisations syndicales représentatives et une ou plusieurs des personnes morales liées à elle au sens du II de l’article L. 439-1 du code du travail.

Ces accords, approuvés par arrêté du directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, portent, d’une part, sur la désignation et les compétences de délégués syndicaux communs pouvant intervenir auprès des personnes morales visées à l’alinéa précédent et bénéficiant des dispositions de la section 3 du chapitre II du titre Ier du livre IV du code du travail. Ils portent, d’autre part, sur la création d’un comité mixte d’information et de concertation doté de moyens autonomes de fonctionnement, et notamment d’un budget géré sous sa responsabilité dans le cadre de son objet. La création de ce comité n’est pas exclusive de la mise en place, dans les formes prévues ci-dessus, d’une ou plusieurs autres instances dont les compétences et les moyens de fonctionnement seront déterminés conventionnellement.

Les délégués syndicaux communs et les membres des instances visées aux alinéas précédents bénéficient de la protection prévue par leurs statuts respectifs et, pour ce qui concerne les salariés placés sous le régime des conventions collectives, des articles L. 412-18 et suivants du code du travail.